Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'éternelle heure du thé

Textes, théâtre et poésie de L.H.C. (Tous droits réservés)

II) La fille de feu

LES DÉSILLUSIONS DU TEMPS

RETROUVÉ

 

 

II) La fille de feu

 

Tu es ma mine, dors...

Je dessine avec toi, danse!

Je me ferai léger comme ta feuille, et je danserais avec toi.

Et nous nous envolerons dans le vent de l'automne comme deux

colombes, tes hanches.

Tuez ma mie d'or, dehors il fait froid et je ne veux pas le faire...

Dehors elle n'y est pas.

Dehors elle n'y est plus.

Elle dort.

Désormais elle dort, en dehors de ma réalité, où restent mes pas...

Elle dort dans les bras de la mort.

L'âme hors d'elle est une fille de feu.

Gérard aime les filles de feux.

Gérard aime les flammes qui dansent dans sa cheminé, parce qu'il a

l'oeil et la main du poète.

J'ai rarement aimé autant les flammes.

Gérard ment.

J'ai rare ment menti.

Les filles de feu sont rares.

J'ai rarement aimé l'art des menteurs...

J'aime, comme Gérard, démentir l'art démenteur.

Il est détenteur d'un pouvoir de feu. Il donne la vie est surtout l'âme

hors.

Je n'ai pas dit que j'aimais Gérard.

Et je n'ai pas dit que j'étais amoureux...

Mais comment ne pas l'être d'une fille du feu.

Dans son palais de pierres ou de bois, elle danse pour un roi.

Elle décolle les seins de son buste, bondit, et d'un ordre, envole tous les

saints.

Elle lèche les barreaux d'une prison d'acier, un pare-feu cendré...

Sans crier, elle crépite... Elle est une fresque sur un mur, une silhouette

aperçue...

Et c'est nous bientôt qu'elle enflamme, sans qu'on puisse jamais revoir la

même.

Car elle est unique est aussi volatile qu'un mouvement de danse.

Et ton corps danse et il n'est plus un corps.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article