Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'éternelle heure du thé

Textes, théâtre et poésie de L.H.C. (Tous droits réservés)

Stances I

 

Mon ombre est partie depuis longtemps me laissant seule au soleil.

 

 

Il n'y a que douze mois dans l'année et vingt-quatre heures dans la journée.

 

 

Cadavre violent quand mon corps désir.

 

Plus rien n'a d'importance que l'importance de ne plus en avoir.

 

Eurydice, comment puis-je savoir que c'est toi si je ne me retourne pas?

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article