Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'éternelle heure du thé

Textes, théâtre et poésie de L.H.C. (Tous droits réservés)

XVIII) La mort belle Hélène

LES ILLUSIONS DU TEMPS QUI PASSE

XVIII) La mort belle Hélène

 

Il se repaît comme la belle amoureuse au teint basané, la belle

amoureuse replète, celle qui fait ses emplettes sur terre comme au ciel.

La belle emplie d'emplâtre... Le divin emphysème de la mort qui parle

de la vie avec emphase, empèse l'humain.

Gave, bourre, saoule les hommes à les rendre gras, obèses, des eaux

baisantes de baisers liquides... des rivières infantiles, des monstres

translucides, des âmes vides comme des armoires. Des êtres sans

emplois, qu'une colle amidonnée (sans amies) empoigne et empoisonne.

L'emploi n'est pas aisé pour l'empois. Mais l'amoureuse et là qui

empoche les emplumés.

Et je pense à toi, cherchant ton reflet, au fond de mon thé.

Mort fondre comme un sucre dans le désespoir des poires.

Jolie poire pour ne pas dire belle, fondante sous le chocolat amer

amoureux, qui coule sur elle comme un baiser dans la mer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article