Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'éternelle heure du thé

Textes, théâtre et poésie de L.H.C. (Tous droits réservés)

Fatalité

Soudain tu décides, non, c’est ton corps qui décide, ou bien quelque chose d’autre, ton esprit, tes hormones, tu ne sais pas. Mais c’est comme ça, c’est lui, c’est elle, animalement, le désir. Ça pourrait être quelqu’un d’autre, de mieux, de plus grand, de plus beau, de plus riche, de plus puissant, c’est toi aussi tel(le) que tu es, ou mieux, plus grand, plus beau, plus riche, plus puissant. Tout ça tu l’es en face de lui (d’elle). Et si fragile pourtant. Avec juste l’espoir d’un instant, qu’il (elle) te comprenne, t’aime, te prenne dans ses bras, t’embrasse, et te dise « je t’aime »...

 

Fatalism Jan Toorop (1893)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article