Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'éternelle heure du thé

Textes, théâtre et poésie de L.H.C. (Tous droits réservés)

PYRAME & THISBEE, 409 EAUX-VIDES STREET

PYRAME & THISBEE, 409 EAUX-VIDES STREET
A L'OMBRE DES MÛRIERS ou TOUTES LES MURES SONT BLANCHES

Personnages :
Pyrame
Thisbée
Léa
Sylvain

 

Acte I

Scène 1, dans le salon du 409 Eaux-Vides Street
Une coquette maison des années cinquante. Pyrame et Thisbée sont un couple modèle, Pyrame en  riche industriel et Thisbée en bonne épouse au foyer. Un dîner avec un couple d'amis plus influent qu'eux (Léa au moins la trentaine, elle reste cependant très séduisante), ils parlent, s'ennuient beaucoup,
en pleine discussion, l'ennui, beaucoup de tentatives ratées et les présentations…

Pyrame : Ah ah ! Mon cher Sylvain, il semble que mes actions vont bientôt rattraper les vôtres ! Plus dix pour cent depuis un mois… je touche du bois, mais pourvu que le peuplier grimpe…

Sylvain : Mais je m'en réjouis mon cher Pyrame, en ce qui me concerne je serai encore loin devant vous pendant longtemps, mes forêts de conifères remportent un grand succès, très polyvalent, résistant, meuble, constructions, bricolage…

Thisbée : Messieurs, messieurs, je vous en pris, laissez vos forêts et vos bulldozers hors de ma demeure. Sylvain, vous allez lasser votre pauvre épouse (regard en direction de Léa), Léa vous voit si peu, et dès qu'elle peut enfin profiter de votre présence, vous l'assommez de chiffres, d'argent et de sciure.

Léa : Laissez, laissez, ma pauvre Thisbée, vous savez bien qu'on ne peut pas changer les hommes…

Thisbée : Ce ne sont plus des hommes, ce sont des enracinés des affaires dorées.

Pyrame : Mesdames, mesdames, un peu de compassion, pensez aux douces fourrures, aux bijoux, au vernis sur le bout de vos ongles qui ne s'use pas… La douceur de vôtre vie peut bien accepter les steppes maritales… Nous sommes ici ce soir pour passer une soirée paisible entre ami, manger avec délectation le délicieux repas que tu nous as confectionné ma chérie.

Sylvain : Excellente idée, la faim me guette.

Thisbée : Le dindon n'est pas prêt.

Pyrame : Ne vous inquiétez pas mon cher, j'ai ici, un excellent porto que j'ai ramené de notre dernier voyage.

Thisbée : Ces hommes, quand ils ne parlent pas d'affaires, ils boivent…

Pyrame : Le monde ne peut pas tourner seulement autour de vous ma chère et tendre.

Thisbée (à Léa) : Ma chère Léa, je n'en peux plus de cette vie, je me sens si seule, si vide, Sylvain est un fantôme qui court après la condition de l'entreprise de votre cher époux.

Léa (à Thisbée) : N'y prêtez pas attention ma chère, les hommes croient que vous me jalousez pour quatre ou cinq fourrures de plus, un mur nous sépare d'entre les hommes et les femmes.

Thisbée (à Léa) : Pourvu que vous ayez raison. (se levant, à tous) Chers amis, je vous invite à goûter mes amuse-bouches, je les ai faits selon la recette du grand chef Noël Bûcheron…

Scène 2, encore dans le salon du 499 Eaux-Vides Street

Pyrame (à Sylvain) : Que pensez-vous mon cher de ce projet que je vous ai soumis la semaine dernière ? N'est-ce pas un projet juteux ? Aux capitaux démultipliés ? Imaginez nos deux noms associés, quel effet cela ferait ? Quel géant nous serions ?

Sylvain (gêné) : Oui, parfaitement, parfaitement, nous verrons cela, nous verrons cela… Je reprendrais bien un peu de ce fameux porto.

Pyrame : Mais volontiers.

Sylvain : À propos de portos, je pensais emmener Léa en vacances prochainement, que me conseilleriez-vous…

Thisbée : Et donc ma chère Léa, eh bien… (silence, hésitation puis bas) Que demander. Vous n'avez pas d'enfants ? (Léa secoue la tête) Quel dommage, vous êtes si jeune.

Sylvain : Eh bien je dois avouer qu'elle se perd dans une trentaine en fleur, n'est-ce pas ma chérie ? Il est vrai que j'en ai déjà plus de cinquante, mais qu’importe… Ah, le temps passe si vite, je me vois déjà au premier jour de notre rencontre, n'est-ce pas chérie ?

Pyrame : Ne les importune pas avec ça, ils ont bien le temps, tu n'es pas obligée d'agacer tout le monde parce que tu es stérile…

Scène 3, encore dans le salon du 409 Eaux-Vides Street

Léa : Oh, vous êtes sans doute Vierge. La stérilité est fréquente chez les sujets vierges. Cela s'explique par le fait que Vénus se place devant Saturne qui obstrue la…

Sylvain : Léa, ma chérie, pas ce soir, pas devant nos amis. Veuillez l'excuser, l'astrologie est un des hobbies de Léa, cela est parfaitement risible…

Pyrame et Thisbée (polis) : Mais pas du tout, cela nous intéresse, continuez donc…

Thisbée : C'est exactement cela, je suis vierge.

Léa : Et vous Pyrame, je vois en vous un poisson, vous êtes assez doux, ou plutôt un verseau, oui, plutôt cela vous êtes verseau, avec peut-être un ascendant poisson…

Pyrame : Il me semble que c'est cela, oui. Il faudra que je vérifie mais je crois que c'est cela.

Thisbée : Et Vous, chère Léa ?

Léa : Je suis Lion, quant à Sylvain, il est Bélier. Bélier ascendant balance. Je dirai qu'il est même déjà entré dans sa phase de balance ; tourmentés, très tourmentés les balances.

Sylvain : Mais pas du tout ma chérie, il n'y a pas plus paisible que notre foyer, tous nos amis nous le disent. Nous sommes un modèle de réussite.

Pyrame : On dit aussi de nous que nous sommes un couple modèle.

Congratulation des uns aux autres, soupirs et silence gênés.

Scène 4, toujours dans le salon du 409 Eaux-Vides Street

Dans le bruit confus de timides débuts de conversation. Jeux de regard, Léa séduit Pyrame. Pyrame trouve Léa très séduisante, il regarde avec appétit la robe rouge fendue sur sa cuisse, et ses yeux s'attardent sur son collant résille. Les acteurs devront faire preuve d'un jeu de regards croisés, ironique et mesuré.

Acte II

Scène 1, Dans le couloir

Le soir après que les invités soient partis. Pour ses affaires, Pyrame demande à Thisbée d'inviter souvent Léa prendre un thé et faire diverses activités ensemble.

Pyrame : Ma chère amie, ces gens sont charmants. Si vous invitiez plus souvent cette charmante Léa à prendre le thé. Je ne doute pas un instant que vous feriez de très bonnes amies et cela serait excellent pour mes affaires ! Vous pourriez, je ne sais pas moi, faire ce que font les femmes entre elles, bavarder sans trêves, tricoter, lire des revues vantant le dernier robot ménager à la mode, dépenser des sommes folles en chiffons pendant que nous les hommes, suons à la tâche…

Thisbée (soumise) : Mon ami, si vous croyez que c'est bon pour vos affaires, alors….

Scène 2
Thisbée invite donc Léa à prendre un thé. Assise dans un fauteuil le combiné à la main, elle compose le numéro de Léa.

Thisbée : Ma chère Léa ? Oui… c'est votre chère Thisbée à l'appareil ! …Je me demandais justement si cela vous enchantait de venir prendre un thé chez nous au 409 Eaux-Vides Street, cette après-midi ? Vous acceptez ? Vous deviez recevoir votre manucure mais vous annulez le rendez-vous ? Oh ! C'est formidable ma chérie, cela me ravit… Alors à cette après-midi… Oui… Oui… c'est ça, je vous embrasse…

Scène 3
Après plusieurs rendez-vous, elles sympathisent….

Thisbée : Allô ma chérie ? C'est encore moi ! Comme je n'ai rien à faire de réellement intéressant cette après-midi, je me demandais si vous étiez disponible ? Eh bien vous pourriez passer prendre le thé et nous irions faire les boutiques… Vous avez besoin d'un nouveau manteau et d'une robe de cocktail jaune paille ? Allons bon, cela me fera le plus grand plaisir de vous accompagner… mais non… je vous assure…

Scène 4
Et passent de plus en plus de temps ensemble…
À la terrasse d'un café.

Léa : Je vous assure ma chère que je suis bien aise que nous nous soyons rencontrée. Vous êtes mon ange-sœur. Ne niez pas, je vous l'assure.

Thisbée : Vous me faites rougir. J'avouerais volontiers que notre amitié est inespérée, nous avons tellement de point commun, de goûts, de valeurs…

Léa : Allons ma chère, vous avouerez que nous avons bien plus que ça. (sous la table elle remonte doucement la jambe de Thisbée du bout de sa chaussure).

Thisbée (rougissante) : Oui, certainement bien plus que cela…

Scène 5
Jeux de séduction… Liaison.
Léa est féline, une maîtresse parfaite, elles se voient souvent, se donneront rendez-vous dans des hôtels, prétextent des achats…

Chez Thisbée, de nouveau au téléphone.

Thisbée : Vous me manquez, une semaine sans vous ? Ce sera long ! … Les boutiques ? Nous ne pouvons plus nous y cacher indéfiniment ! … Les terrasses des cafés ? C'est si… Un hôtel ? Mais vous n'y pensez pas ? Je n'y… Oui, ce serait pour moi une première fois… Mais est-ce que ce n'est pas… Oui, c'est vrai, vous me manquerez tant. Le Majestueux ? Attendez je note… Oui vous avez raison, nous ne devons pas laisser de traces. … De jour ? La chambre rouge ? Au bois d'amour, le nom de code ? Entendu, je vous y rejoindrai… vous me manquez déjà. Ma tendre Léa, au plaisir de vous revoir… Entendu, je dirai à Pyrame que nous irons faire des achats… Je vous embrasse aussi…

Scène 6
La première fois à l'hôtel.

Léa : Mais oui, ça se fait souvent de louer une chambre à l'hôtel en journée pour les amours clandestines, tous les hommes le font, je suis sûre que même ton Pyrame le fait….

Thisbée : Oh, non, Pyrame ne ferait jamais une chose pareille, il a des valeurs.

Léa : Et alors, ça n'empêche pas que tout bon mari doit avoir une maîtresse.

Thisbée : C'est mal ce que nous faisons, pauvre Pyrame, mais je te désire trop.

Léa (un peu surprise tout de même): Tu ne le désires pas, ton mari ?

Thisbée : Oh, non, tu sais, je l'aime bien et je suis sûre qu'il m'aime bien aussi mais il ne sait rien à l'amour ; et puis tu sais, nous deux, ça s'est fait comme ça, c'est presque une évidence, nous étions voisins, nous jouions à nous parler derrière le mur et nous nous promettions que plus tard nous serions amoureux, puis nos parents nous ont trouvé de bonne paire, et ça s'est fait comme ça, nous étions si jeunes….

Léa : allons rentrons, j'ai envie de toi….


 

Acte III

Scène 1
De son côté, Pyrame a un rendez-vous d'affaire à propos d'un contrat avec Sylvain, qui possède une société de coupe et transformation de bois et forêts. Pyrame est dans un groupe d'importantes constructions immobilières. Soudain, Sylvain parle de sa femme, Pyrame semble très attentif, très intéressé. C'est que Léa lui plaît mais Sylvain ne le sait pas…

Scène 2
Pyrame, enfin seul, rédige un pneu à l'adresse de Léa pour l'inviter à dîner.
Léa accepte bien entendu car c'est elle qui manipule tout.

Scène 3
Pyrame et Léa deviennent amants. Promenade en forêt, ils s'isolent dans un bosquet à l'ombre de mûriers, et l'on devine que c'est pour faire l'amour. Sortie du bosquet, ils s'allongent pour parler en mangeant des fruits.

Pyrame : On dit que de petites chenilles, de petits verres, larves informes, aiment à se nourrir des feuilles de ces arbres qui nous rafraîchissent, ses larves cachent en leur ventre un trésor, car ce sont elles, en minutieuses petites ouvrières, qui fabriquent le fil de soie pour les robes que vous aimez tant.

Léa : il est vrai que la soie ne me déplaît pas….

Pyrame : les femmes sont des mûres que l'on cueille au petit matin….


 

Acte IV

Scène 1
Léa continue de voir d'un côté Thisbée, de l'autre Pyrame.
Sylvain, naïf, ne se doute de rien.

Scène 2
Pyrame découvre un des mouchoirs de Léa dans les vêtements de Thisbée et craint que Thisbée n'ait découvert sa liaison adultère.

Pyrame : Je le sais, ce n'est pas correct….
Un époux fidèle ne devrait pas douter de son épouse,
mais je ne suis pas tout à fait ce que l'on nomme un mari fidèle.
Tromper sa femme avec sa meilleure amie est-ce vraiment la tromper ?
Pas tout à fait, ce n'est qu'une partie d'elle, de sa vie ;
partager les instants de celle qui partage les siens,
qui aime les mêmes vêtements, bois le même thé, partage les mêmes éclats de rires….
Oui, mais cela n'est pas convenable…
Non deux femmes ne peuvent partager les mêmes choses, les mêmes plaisirs de femmes,
les mêmes rires…
Oui ! L'amitié des femmes est dangereuse pour les femmes,
véritable complot pour nous éradiquer, et cependant, les femmes sont faites pour les hommes,
leur donner de la tendresse et en recevoir l'égal sentiment…
Mais ce mouchoir…
Je ne sais pas ce qui m'a pris, ce matin, j'ai eu le désir, l'envie la plus puissante, le geste le plus incontrôlé,
de glisser presque malgré moi la main dans le vêtement de Thisbée.
Et ce mouchoir ! Ce mouchoir !
S'il n'est pas la preuve… la preuve la plus irréfutable…
la preuve irréfutable que Thisbée…
Non, je ne peux m'accorder à le penser…
Thisbée… Non, ce n'est pas possible, enfin…
Léa…
Pauvre Thisbée, je ne peux pas…
Thisbée aurait découvert la liaison qui m'unit à Léa…
Mais enfin, la pauvre en souffrirait tant…
Léa l'aurait glissé dans ma poche lors de notre promenade en forêt sans m'en dire mot,
croyant de surcroît me laisser une agréable surprise… Ah ! Je sens encore son parfum !
Mais la veste tachée d'herbe, il est normal que je l'ai mise à laver,
et la brave Thisbée, la prit pour la laver avec amour, la repasser, l'amidonner, la défroisser, la détacher,
aurait surpris en lieu et place de mon mouchoir, celui d'une autre…
Quel choc cela a dû être, pour qu'elle n'ait pas la force de m'en souffler mot,
pour qu'elle le garde sur elle, portant ma faute, l'arme qui lui brisa le cœur ?
Serait-elle capable de vengeance ? Elle qui est si bonne, si douce ?
Ah ! Que les sentiments nous rendent monstres…
À moins que… Oui, c'est mieux…
Il n'était pas dans la poche de Thisbée, dans ma précipitation, je l'ai ramassé,
et j'ai cru … Ce que je peux être idiot…
Bien sûr, Léa l'a bien glissé dans ma poche
et je viens de le faire tomber aux pieds des vêtements de Thisbée…
Léa m'aurait tout simplement et imprudemment, il faut le dire,
glissée le petit carré de tissus parfumé en souvenir de cette mémorable après-midi,
mais elle aurait été imprudente d'oublier que ses initiales y sont brodées…
Chère et imprudente Léa…
Oui, voilà qui est mieux, heureusement que je m'en suis rendu compte à temps…

Scène 3
De son côté, Thisbée ne trouve plus le petit carré de tissus parfumé que Léa lui avait laissé car Thisbée ne pouvait plus se passer de son odeur, craint que Pyrame ne soit tombé dessus. Elle choisit de se taire en guettant les réactions de son mari, attentive au moindre regard suspect, imaginant en chaque phrase, le début des reproches…

Thisbée : Quelle horreur ! Mais où est donc passé ce cher petit carré de tissu parfumé que Léa m'a laissé ?
Je n'arrive pas à remettre la main dessus !
Pourvu que Pyrame ne le découvre pas…
Léa me l'a confié, je l'en aie suppliée…
Après ces moments si fort, je ne pouvais plus me passer de son odeur,
et un mouchoir, c'est si petit, si doux, si facile à cacher…
Oh, pourvu que Pyrame ne mette jamais la main dessus, mais je crains qu'il ne soit trop tard…
Oh, ce que je n'aime pas mentir…
Non, je ne mentirai pas, omettre n'est pas mentir,
je ne lui dirai pas tout simplement…
Mais à chacun de ses regards, je ne pourrais m'empêcher d'y voir…
Dans chacune de ses phrases, j'y verrais…
Oh, que tout cela augure les reproches !
Je payerai ma faute par la culpabilité et la peur…
Ô Silence ! Protège-moi !

Scène 6
Pyrame, lui, voyant que Thisbée ne lui fait aucune remarque, s'apaise. Il opte donc pour la seconde solution, un présent de Léa. En retour il glisse dans son sac la cravate préférée de Léa (avec ses initiales brodées au dos).

Pyrame : Tout va bien. Elle ne s'est, il me semble, rendue compte de rien.
Pas de remarque, pas de reproche, peut-être un peu plus de distance qu'à l'ordinaire,
des yeux un peu suppliants, mais ce doit être ma crainte
qui me fait voire le soupçon là où il n'y a pas lieu d'être…
C'était donc bel et bien la seconde solution… ouf, me voilà rassuré.
Il me vient une idée, pour remercier Léa de sa touchante attention,
je glisserai dans son sac sa cravate préférée, oui,
celle avec mes initiales brodées au dos…
Excellente idée, ce jeu et décidément bien plaisant…

Scène 7
Sylvain se doutant que sa relation avec Léa n'est pas comme il faut, remet en cause son savoir sur les femmes, décide de mener une enquête sur elles. Il entreprend de fouiller le sac de sa femme pour savoir ce qui peut bien compter pour elle. Il découvre alors la cravate de Pyrame et comprend à regret que sa femme le trompe.
Léa, bien entendu, n'a pas eu le temps de voir la cravate dans la poche intérieure de son sac, et ne se doute de rien.

Sylvain : Léa est si distante !
Suis-je un bon mari ? Ne suis-je pas gauche avec les femmes ?
Il me faudrait les comprendre, leur plaire,
les séduire, et quoi de mieux que de les connaître pour les séduire,
moi-même je vis avec une femme depuis bientôt deux lustres

que je ne la connais pas…
Et pour les comprendre n'est-il meilleur solution que de savoir ce qu'elles aiment ?
Par exemple, savoir ce qu'elle aime à porter sur elles, leurs vêtements,
ce qu'elles emmèneraient en permanence sur elle, oui d'ailleurs ?
Qu'y a-t-il dans le sac d'une femme ?
Si j'examinais le sac de Léa, oh, en tout bien tout honneur,
par amour et fidélité, pour mieux comprendre les femmes ?
Du rouge à lèvre, de la poudre, des cigarettes,
un porte-monnaie décidément d'une taille peu pratique…
Et ce morceau de tissu ? De la soie ? Trop doux pour être un mouchoir, trop long aussi…
Une cravate ! Assurément pas des miennes, et ces lettrines au dos…
Mais ! Ce sont les initiales de ce cher Pyrame.
Pyrame…
Pyrame ! Pyrame trompe la douce Thisbée avec… avec ma femme !
Mais c'est impossible… je ne peux tout de même pas ?
Que faire…
Non, je n'ai pas le choix, je dois prévenir Thisbée qui est aussi victime que moi dans cette affaire,
cela ne peut durer plus longtemps, une souffrance terrible maintenant ou le mensonge entretenu ?
Que dois-je faire ?

Scène 8
Sylvain, après réflexion, compose le numéro de Thisbée…

Sylvain (hésitant) : Passez-moi le 05, non, euh, 409 Eaux-Vides street, s'il vous plaît mademoiselle…
 

Acte V

Scène 1
Sylvain au téléphone cherche à joindre Thisbée pour la prévenir de ses doutes sur l'adultère de leurs conjoints respectifs. Au 409 Eaux-Vides Street.

Sylvain : Allô le 409 Eaux-Vides street ? Ici Sylvain à l'appareil…

Sylvain est empêché de parler clairement de ses soupçons à Thisbée, car Pyrame est dans la même pièce que sa femme, le salon où se trouve le téléphone, de plus Sylvain hésite, se prend de remords, et reste très confus et hésitant dans ses propos.

Thisbée : Parlez plus fort, je ne comprends pas bien la ligne doit être mauvaise… Pyrame, fais donc moins de bruit avec ton journal ! Vous disiez, cher ami ?…

Cependant que Thisbée se doute que Sylvain ait démasquée sa liaison, ce qui expliquerait sa gêne, elle ne veut surtout pas lui passer son mari, d'ailleurs Sylvain refuse, elle croit qu'il hésite.

Thisbée : Eh bien ? C'est à quel propos ? (Pour elle-même)pourvu qu'il ne se doute de rien, qu'il n'ait rien découvert Oh ! Et s'il avait découvert ma liaison avec Léa et qu'il voulait en prévenir Pyrame non, il faut à tout prix que je ne lui passe pas Pyrame Désirez-vous parler à mon mari, vous savez qu'il n'aime pas être dérangé quand il lit son journal… non, vous ne voulez surtout pas… eh bien c'est cela, rappelez plus tard… C'est ça, à bientôt mon cher…

Scène 2
Léa passe chez Thisbée la chercher pour aller faire les boutiques, elle croise dans le couloir Pyrame qu'elle embrasse avant qu'il ne reparte travailler.

Scène 3

Léa : J'ai bien vu votre regard ma tendre,
tout à l'heure, quand vous embrassiez votre mari,
il était bien éloquent …

Thisbée (faisant l'hypocrite) : Qui donc ?

Scène 4
Pris de remords, Sylvain s'interroge toute l'après-midi et sombre peu à peu dans la folie, il se décide finalement à aller en parler à Thisbée en face, et prend son revolver sur lui, car il veut punir Léa dès qu'il la verra (monologue).

Sylvain : Que dois-je faire ?
Mais que dois-je faire bon sang ?
Dois-je ou ne dois-je pas ?
Si je le fais, je détruirais cette douce Thisbée,
si douce, si charmante, si pure, si blanche…
Elle est vierge tout de même, je l'ai entendu de sa bouche…
Je ne peux tout de même pas blesser une vierge, ce n'est pas moral !
Mais je ne peux laisser courir le mensonge…
Si je le fais, la vérité sera rétablie, je retrouverai Léa,
Et la brave Thisbée sera pardonnée d'avance des crimes qui l'entourent…
Pauvre Thisbée…
Pauvre, pauvre, pauvre… (il s'agenouille et pleure)
Oh, mais regarde-toi! Sylvain, regarde-toi !
Tu deviens fou mon pauvre ami ?
Fou ? La folie te prend et t’emporte ?
Où est l'arbre robuste et virile, où te caches-tu Sylvain ?
Sois un homme! Sois fort !
Oui, c'est bien cela, je ne peux continuer à garder ce terrible secret pour moi,
ce fardeau trop lourd…

En réalité je n'ai pas le choix, même si les conséquences doivent être terrible,
il le faut, je dois le faire…
Léa doit payer ses crimes…

Scène 5
Sylvain attend devant la porte d'eaux-Vides Street, prêt à y rester des heures. Cependant, les deux femmes ne tardent pas à rentrer prendre un thé avant de se quitter, les mains chargées d'achats. Surprises de voir Sylvain, lui, gêné, et le regard haineux pour Léa, la main sur la poche arrière de son pantalon où se cache son revolver.

Thisbée : Sylvain, très cher, que faites-vous là à cette heure-ci, vous savez bien que Pyrame est encore au travail à cette heure ci ? Mais venez prendre un thé pour patienter, il ne tardera pas à rentrer…
Détendez-vous, vous avez l'air nerveux…

Léa : Oui mon ami, vous sembler absolument tendu, tout va bien au moins dans vos affaires ?

Scène 6

Sylvain (nerveux) : Thisbée, il faut que je vous parle.

Thisbée : Entrez donc d'abord, prendre un thé ?

Sylvain : Thisbée, il faut que je vous dise, non, et je n'aurais pas peur, il faut que la vérité soit sue, car j'en suis certain maintenant… (il sort son revolver et le braque sur Léa) … Cette lionne est la maîtresse de Pyrame… de votre mari.

Léa (éclate de rire et annonce) : Mais mon pauvre chéri, tu ne sais pas aussi le meilleur… (elle est terrifiante et majestueuse) … c'est que Thisbée est aussi ma maîtresse.

Thisbée réalise soudain ce que vient d'annoncer Léa et reste pétrifiée de stupeur, quant à Sylvain, il se décompose puis bégaie .

Sylvain : Tu te moques de moi… Ce n'est pas possible… Deux femmes ensemble… ce n'est pas possible… Ça ne se peut pas… tu me fais marcher… (il regarde Thisbée) hein ?, regarde-la, tu n'as pas ce qu'il faut pour lui donner du plaisir…

Léa : Ah ! Détrompe-toi, je sais tout ce qu'il faut pour lui donner du plaisir…

Scène 7
Sur ces faits, entre Pyrame qui rentre du travail. Il s'arrête stupéfait devant la scène, et s'écrit .

Pyrame : Oui, je l'avoue, Léa est ma maîtresse ! Ne tire pas !

Devenue hystérique, Léa saisit le revolver des mains de sylvain et tire sur Pyrame qui s'effondre et saigne. Léa rit d'un rire sauvage et démentiel. Sylvain prend un coupe-papier et poignarde Léa par de nombreux coups, il est à genoux au-dessus d'elle et ne peut plus s'arrêter. Thisbée pour l'arrêter saisit le revolver et tire plusieurs fois sur lui, il tombe…
Les voisins alertés par les coups de revolver ont dû appeler la police, car on entend des sirènes.
Thisbée, reste le revolver à la main, on ne sait pas si elle va se suicider, elle murmure dans un élan de folie une phrase que lui a dite Léa.

Thisbée : les femmes sont des mûres que l'on cueille au petit matin…

le noir final se fait.

FIN

(circa 2009)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article